Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 09:05

Ci-dessous la page 18 du tome 1 de "Gitans des mers".

 

J'y joins le crayonné de la même page. J'apporte le plus grand soin à la réalisation de chaque étape de la planche, et les crayonnés sont très précis pour éviter les mauvaises surprises au moment de l'encrage.

 

Je vérifie quasi-systématiquement les perspectives en les prolongeant vers un point de fuite, comme ici celles de la roulotte.

 

Avoir une perspective exacte me permet de mieux m'en affranchir aprés. En effet, il m'arrive souvent  par la suite, de l'exagérer ou de la déformer pour mieux mettre en évidence mon propos (une vieille cabane bringueballante, une ruelle du moyen-âge ou une piece dans laquelle les murs ne sont pas à angles droits).

 

Je tiens également à donner du sens à tout ce que je fais. Dans la case 1, par exemple, le tronc d'arbre n'est pas seulement un élément de premier-plan, ce n'est pas un tronc d'arbre lambda : Il est noueux , déformé, torturé...  Il est le reflet de l'état d'esprit des personnages à ce moment-là. De plus il à du mal à grandir dans ce décor désolé comme les personnages ont du mal à avancer. Tout est fait pour les mettre en difficulté : pluie et boue. La ligne d'horizon est volontairement basse pour que la pluie soit plus présente, le ciel plus lourd.

 

gitans-1---page-18.jpg

Graphiquement, cela se traduit non pas par de simples gouttes de pluie, mais plutôt par des traits qui tombent comme des cordes et viennent frapper les personnages.

Les filles sont à l'intérieur (elles ne le resteront pas longtemps d'ailleurs). Du coup le héros parait protecteur : lui est dehors, bravant les éléments, faisant son possible pour les sortir de cette mauvaise situation. Néanmoins  c'est  dur pour lui : il est arc-bouté vers l'avant, tirant le cheval (qui lui-même tire la roulotte - et les filles - ).

 

Ici le personnage masculin veut mettre - à lui tout seul - tout ce joli monde à l'abri. On le verra plus tard, les filles l'y aideront : on comprendra ainsi à quel point ils sont unis tous les trois et qu'ils doivent être soudés pour survivre dans ce monde hostile (dont les éléments du décor - boue, pluie, végétation rachitique ou torturée - en sont les métaphores).

 

Avec cette page  débute une séquence dans laquelle s'entremêlent présent et flash-forwards (extraits de ce qui arrivera ultérieurement) . Cela a demandé une grande rigueur dans l'enchaînement des cases, des plans, etc. ...

 

Philippe Bonifay à une narration " adulte " qui demande de l'attention et qui par là-même, respecte énormément le lecteur.

 

C'est un vrai plaisir que d'essayer de tout mettre au service de ses intentions scénaristiques.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Duval - dans Gitans des Mers
commenter cet article

commentaires

Catégories